Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2005 3 27 /07 /juillet /2005 00:00

Je dépose aujourd'hui ce texte. Je choisis un instant de ma vie. Des moments magiques et tragiques. J'espère que cet écrit  vous plaira car il parle d'amour, de  nostalgie, de promesse.
En avant les souvenirs en avant pour l'histoire d'un ange !

Souvenir de jeunesse


Tout commença le mercredi 8 septembre 1993. J'entrais dans une nouvelle école pour préparer un BEP (Brevet d'Etudes Professionnel). Je ne connaissais personne, pas l'ombre d'un ami ou d'un ancien camarade. Pour une fois en avance, j'attendais devant la porte de la salle de mon cours d'Allemand.
Adossé contre le mur, timidement  j'observais tout autour de moi. Il n'y avait encore personne, enfin presque personne. Seule une fille, très mignonne qui plus est, attendait tout comme moi. Et je dois avouer, que dès qu'elle avait le dos tourné, j'en profitais pour l'observer, pour la déshabiller du regard des pieds à la tête. C'était une fille simple, à la beauté singulière. Une silhouette élégante, un visage aux traits fins. Je ne saurais continuer de la décrire avec des mots, elle était chaleureuse, attirante, séduisante !
Mais dès le premier instant, c'est son regard qui m'intriguait, un regard doux, tendre !

 

 

 

D'ailleurs, alors que je continuais à m'évader dans mes pensés, son regard se porta vers moi. Quand enfin je redescendais sur notre petite planète bleue, je compris qu'elle m'observait également, inévitablement, nos regards se sont croisés.
Cet instant reste aujourd'hui encore profondément gravé en moi !
Intimidé je baissais la tête,  feintant d'observer un point fixe du sol.
Mais elle s'approcha de moi, pencha sa tête en dessous de la mienne et me fixa à nouveau droit dans les yeux. Je crois que j'étais extrêmement gêné !
Elle prit la parole :

" Toi aussi c'est ton premier jour ici, ça fait bizarre de voir pleins de nouvelles tête, hein ? Moi je trouve ça un peu déroutant, pas toi ? ".
Le seul son qui sortit de ma bouche fut un petit "heu, oui..." étouffé. Puis elle se redressa, se tenant maintenant bien droite, de manière exagérée, elle me tendit sa main, en prononçant avec un voix "robotique" :
" Je m'appelle Danièle, joyeuse habitante de Wegsheid et je suis contente de faire connaissance avec un de mes futurs camarade de classe ! ".

Elle était vraiment marrante et pas timide du tout ! Elle a su tout de suite me mettre à l'aise, et je voulais sincèrement  lui répondre avec autant de panache !


Moi, à l’inverse j'étais quelqu'un de très timide (avec les filles), mais j'entrais dans son jeu !

Je fis un pas vers elle, exécutant une révérence. Puis je relevais la tête en prononçant :

"Mathias pour vous servir damoiselle !".

Elle se mit à rire et moi aussi. C'est ainsi que s'érigea la première pierre de notre amitié !
Je pense que si quelqu'un nous avait vu, il nous aurait trouvé bien ridicule, mais qu'importe, c'était si magique !

Pourtant, durant ces deux années scolaires nous n'avons pas tellement conversé tous les deux. Mais à chaque fois que nous étions seuls, des discours endiablés s'enchaînaient ! Elle aimait énormément le dessin, et moi je voulais toujours lui faire plaisir, alors je m'appliquais toujours plus, je crois que si aujourd'hui je dessine bien, c'est aussi grâce à elle. A plusieurs reprises elle m'a demandé si j'allais quitter le monde de la BD pour me mettre à faire des portraits de gens que je connaissais. Bien entendu, je n'avais pas le niveau, je répliquais toujours :
" Mais je ne suis pas assez doué ! J'suis juste un artiste de pacotille ! ".
Elle insistait :
"Bah, tu n'as cas dessiner une fille de pacotille, dessine moi ! Là en tout cas, tu ne pourras qu'améliorer le personnage !"

La dessiner, elle que je trouve si séduisante, si belle, ce n'était même pas pensable, on ne retranscrit pas une personne aussi chouette et déroutante quand on sait à peine aligner deux traits !
Mais à chaque fois elle revenait gentiment à la charge, observant mes derniers dessins :
"Ah, cette fois tu as vraiment un bon niveau, les portraits ça va être pour bientôt hein ?".
Elle souriait et j'en tremblais !

Puis le temps passa et ces deux années touchèrent à leur fin. Durant cette période elle fut ma meilleure amie de tout l'établissement.

L'amour pour elle avait eu tout le temps de grandir, et par opposé, ma timidité, petit à petit s'envolait.
J'étais toujours joyeux en sa présence. Et même si nous parlions rarement ensemble, nos discours étaient toujours d'une grande amitié, grande sincérité !
Et le dernier jour de classe arriva.
Il était grand temps de prendre mon courage à deux mains !
C'est ainsi, que le coeur noué, je me suis approché d'elle. J'allais enfin me libérer des sentiments que je lui portais.
Le dernière sonnerie retentit, je m'approchais d'elle :
" Tu sais Danièle, tu vas trouver ça super bête, mais fallait que ça arrive. Hein ! Je crois que sincèrement... je suis... enfin c'est idiot à dire...".
Intriguée elle questionna :
" Tu es ? "
" Je suis amoureux de toi ! "
Puis comme pour me protéger j'ajoutais avec un grand sourire benêt :
" Mais c'est ta faute hein ! Fallait pas être aussi sympa ! "
Elle rigola, puis ajouta :
" Vraiment, je sais pas quoi dire. Enfin je pensais que tu m'aimais comme une copine sans plus. Mais tu sais,  je suis déjà avec quelqu'un, que j'aime beaucoup ! Je t'adore aussi, mais c'est pas pareil, je ne voyais pas du tout cela ainsi ! ".

Un silence s'installa, la tristesse se lisait dans mes yeux. Au bout d'un instant, elle continua :
" Mais tu sais l'avenir n'est jamais tracé ! Qui sait ce que je ressentirai pour mon copain dans un an. Personne ne connaît d'avance son destin ! ".
Elle réfléchit un peu, elle avait l'air vraiment songeuse. Enfin, elle reprit la parole :
"Et si on faisait un marché, un secret rien qu'entre nous deux. Nous allons chacun de notre côté poursuivre notre vie, et quand tu estimeras avoir fait assez de progrès en dessin. Tu viendras avec mon portrait. D'ici là tout sera peut être différent, tu te rends compte si je suis célibataire ! Là, si je craque pas pour toi c'est que vraiment j'ai un coeur de pierre ! ".


Elle me dit cela avec une sincérité qui me toucha vraiment, j'avais envi de la serrer dans mes bras, de lui voler un baiser, mais finalement, rien, je me suis juste retiré, avec le sourire, lui souhaitant quelques banalités, "bonne chance pour la suite de tes études" et "bonne chance pour la suite de la vie" suivit d'un " je reviendrais hein !".
Voilà comment se sont terminées ces deux années, deux horribles années scolaires dans un établissement que j'ai détesté. Elle était l’unique lueur de ces sombres années. Danièle avait ce don, le don de me charmer, d'apaiser mes tristesses, mes colères !

Les années se sont écoulées, et souvent en dessinant je pensais à elle. Je me souviens même l'avoir croisée une fois dans la rue, jamais je n'aurais penser, que ce petit salue qu'elle m'avait adressé serait le dernier !

Encore quelques années plus loin, à force de persévérance j'ai fait beaucoup de progrès et je commençais à maîtriser correctement l'art du crayon !

Et, un soir, alors que j'avais enfin réussi un portrait, après, soulignons le, plus d'une vingtaine d'années d'existence sur cette terre, je me suis dit :
" Tiens si je contactais de nouveau Danièle, ça fait si longtemps, et notre promesse tiens toujours, en plus, je suis certain qu'en la revoyant aucun sentiment n'aura changé, et niveau dessin, maintenant je devrais  y arriver ! ".

Quelque jours plus tard le hasard m'a fait croisé une connaissance qui était dans le même établissement que Danièle et moi. On a parlé de tout et de rien. Puis vînt enfin le moment où je prononçais les mots qui étaient sur le bout de ma langue depuis un sacré moment !
" Et Danièle, tu la connaissais bien, tu la vois encore, elle va bien ? "
Son regard changea, elle souffla :
" Tu n'es pas au courant pour Danièle ? Elle a eu un accident de voiture. "
Un peu inquiet, je demandais :
" Rien de grave au moins ? "
Elle me regarda avec un visage profondément triste :
" Danièle est... morte le 21 novembre 1997 d'un accident de voiture ".
Je crois qu'à ce moment j'ai tellement eu mal au coeur que je n'ai même pas réussi à pleurer. Je ne me souviens que d'une chose, j'ai regardé par la fenêtre, et il s'est mis à neiger. Ce fut le premier soir enneigé de l'année. C'est un peu comme si elle aussi quelque part, pleurait. Tant d'années d'ignorance, j’avais si honte, j'étais si triste.

Quelques jours après, j'ai téléphoné à ses parents :
" Bonjour, je m'appelle Mathias, je suis un ancien camarde de classe de Danièle, je viens seulement d'apprendre la triste nouvelle, je... je sais pas quoi dire, je pensais souvent à Danièle. ".

" Mathias... attendez, vous êtes le dessinateur un peu poète ? Danièle me parlait souvent de vous ! Justement hier je me demandais si quelqu'un pensait encore à elle, vous savez plus aucun de ses amis vient nous voir depuis qu'elle est partie. Cela nous ferait plaisir que vous passiez nous rendre visite, comme ça nous pourrions parler d'elle. "

A travers cette invitation, j'ai senti tout le besoin qu'avait cette mère de parler de sa fille. C'est pourquoi, le week-end suivant je suis aller rencontrer celle qui donna le jour à Danièle. Partout, Il y avait des photos de sa fille, même si plusieurs années se sont écoulées depuis le tragique accident, elle était présente dans toute la maison.
Au premier étage, sa chambre était intacte. La seule différence venait qu'elle était entourée de centaines de fleurs ! Après plusieurs années, ses parents décoraient toujours sa chambre, c'était si beau, si triste. Je crois qu'aucun mot ne saurait retranscrire l'aura qui émanait de cette pièce.
Au milieu de la chambre, sur une table basse en verre, siégeait une grande urne noire. Dans ma tête je me dis "Voici tout ce qu'il reste de ton corps sur cette terre.". Sans laisser échapper un son, des larmes n'ont cessé de couler le long de mon visage. Et même maintenant, en écrivant ces quelques lignes, j'ai les yeux qui me piquent, j'ai du mal à me retenir de pleurer.
Nous avons beaucoup discuté, de pleins de tranches de vie. J'ai beaucoup appris sur elle, et vraiment, aujourd'hui je l'aime autant, voir plus qu'avant !
Puis avant de partir, elle me donna une très belle photo d'elle, souvenir de cette fille que j'ai aimé, souvenir de celle qui à jamais nous a quittés.

Une fois chez moi, il fallait que je m’occupe, que je pense à autre chose. Alors j’ai utilisé la photo pour réaliser son portrait. J'ai mis ensuite le dessin sous cadre avec une petite légende :
" Une promesse se joue du temps et du destin, voici le dessin que tu souhaitais, au revoir Danièle... ".
Ensuite j'ai donné ce modeste portrait à ses parents, je ne saurai dénombrer combien de fois ils m’ont remercié, ce portrait les a vraiment touché, et leur émotion me toucha également.

Et c'est ainsi, que s'achève mon rêve. Rêve d'une fille qui débordait de vie.  Rêve d'une fille qui est partie bien trop tôt...

________________________________________________________

Voilà mon histoire, je sais, ce n'est pas un joli conte…. ce n’est qu’une triste réalité.

Mais je te remercie, toi lecteur, pour ta curiosité. Dorénavant je ne serai plus totalement inconnu à tes yeux, car tu as lu l'histoire… mon histoire.

Mais il ne faut pas achever ce texte sur une note triste.

Les années ont passées, j’ai tourné la page.

Aujourd'hui je ne vis plus seul, à chaque instant de mon existance, je souris pour deux !

Les plus curieux d'entres vous peuvent m'écrire et me demander le fameux dessin… c'est avec plaisir que je vous le montrerai.

Partager cet article
Repost0

commentaires

blein corinne 14/04/2011 11:25



Votre histoire est magnifique, tellement elle est imprégnée d'amour. J'espère que vous vous retrouverez dans une autre vie....


 


Bien à vous


Corinne BLEIN



greyenbuhl lindecker donata 14/10/2007 19:34

ma fille a attiré mon attention sur votre lettre demain nous allons verifier vos dires car ce serait une incroyable coincidence qu il exste de personnes d une meme nom ;meme tragédie meme région ; s il s avere que vous parler de notre  Daniele je vous poursuivrais en justice pour avoir divulguer et salie notre famille ; votre histoire est belle mais respecter la douleur des familles c est autre chose  et le mensonge encore une autre

LINDECKER 12/10/2007 11:02

Bonjour j'ai lu votre histoire c'est un choc car ma tante qui s'appelait Danièle. Et bien lorsque j'avais 5ans mes grand parents son venus me chercher à Paris pour les vacances de paques avec ma tante et sur le chemin nous avons eu un accident de voiture me tante ma grand mère son décédée mon grand père mmoi meme etions bléssé bref le nom prénom la meme tragédie à peu près cela ma trouble.

superaurel 22/12/2006 22:26

coucou crisis!!
eh oui je ne te connais encore pas beaucoup mais franchement je ne pouvais pas passer sur ton blog sans laissez un commentaire et surtout sur cette article. Une histoire triste que tu as très bien racontée en faisant passer tes émotions. En lisant j'avais l'impression de me retrouver a ta place et je n'ai pas honte de le dire mais j'avais les larmes aux yeux.
Merci beaucoup pour ce moment!!
gros bisous
 

jessica 27/06/2006 10:09

kikou g fais un toutour sur ton blog se matin et g lu ton histoir c super triste ca me donne envie de pleuré voilà koi c tout se ke je voulais te dire kiss